Contenu

Véritable enjeu pédagogique, nous aborderons le champ de la médiation non pas tant comme un arsenal clos de techniques médiatiques que comme une question ouverte, du point de vue à la fois théorique et pratique, et cela en suivant plusieurs pistes en parallèle :

La dimension critique de la médiation

L’enjeu de la médiation de l’architecture ne doit pas se limiter à la rendre comestible, digestible à la consommation culturelle (ce qui est une autre manière de l’isoler). Dans les dispositifs (discursifs, visuels, corporels, etc.) que nous expérimenterons, nous chercherons plutôt à construire un point de vue critique sur les objets architecturaux, « [le] point de vue qui ouvre le plus d’horizons, » disait Baudelaire (Le Salon de 1846). Parce qu’elle met au jour les problématiques qui s’y trament (conceptuelles, constructives, programmatiques, symboliques, économiques, etc.), la critique trouble l’approche strictement contemplative de l’apparence visible  de l’architecture et dévoile, dans le même temps, ses enjeux latents, permettant, à un public même non spécialisé, d’avoir prise sur elle et, au fond, de s’y reconnaître.

La double nature de l’architecture

La médiation de l’architecture doit prendre en compte les spécificités qui la distinguent des autres domaines de la création, et, en premier lieu, sa double nature, qui la rend à la fois tangible voire incontournable et étrangement insaisissable. L’architecture est tout à la fois matérielle et conceptuelle, physique et métaphysique, de l’ordre de l’idée mais livrée au monde des objets. Sa médiation doit bien sûr savoir rendre compte de la pensée et des intentions de l’architecte, à travers ses mots, ses dessins, ses maquettes, ses visions. Mais elle doit savoir également investir l’écart qui sépare le concepteur de son œuvre, appréhender l’architecture en tant qu’expérience concrète, la débusquer dans la banalité de nos environnements quotidiens, dans la poétique imprévisible que lui confère la ville contemporaine. Elle doit savoir historiciser l’architecture dans toutes ses temporalités (projet, chantier, usages, etc.) et surtout dans tous ses modes d’existence. Un des enjeux de la médiation sera donc de « re-matérialiser » l’architecture, souvent dématérialisée par l’industrie touristique ou culturelle.

La médiation au cœur de l’architecture

A l’instar de Nathalie Heinich, nous refuserons de tracer a priori une frontière nette entre, d’un côté, ce qui serait de l’ordre de l’architecture et, de l’autre, ce qui relèverait de sa médiation. Ce parti-pris permet d’envisager l’architecture non pas seulement comme un corpus d’objets autonomes mais comme un véritable champ de production collective impliquant un enchaînement et un emboîtement de formes de médiations (programmation, représentation, sélection, concertation, négociation, médiatisation, exposition, etc.). De « l’architecture parlante » de la fin du XVIIIe siècle au « double coding » postmoderne (Jencks, 1977), l’édifice lui-même a souvent été envisagé comme instance de sa propre médiation. Dans ces conditions, la médiation n’est plus considérée comme une réalité extérieure et accessoire à l’architecture mais comme une de ses dimensions constitutives.

Objectifs

Organisation